Le biais de statu quo

24 février 2017

Non classé

Le biais du statu quo est un biais cognitif qui consiste à éviter de changer un comportement établi, tant que les forces poussant vers ce changement ne sont pas suffisamment fortes.

Un moyen d’identifier les contre-arguments fallacieux contre le changement est le Reversal Test[1]. Ce test consiste, lorsqu’un changement d’un paramètre est contesté, à proposer de changer ce paramètre dans l’autre sens (toujours en s’éloignant du statu quo). Par exemple, si une personne argumente contre la possibilité d’allonger l’espérance de vie des humains, parlant par exemple de problèmes de surpopulation, le test sera de demander si la personne est pour un raccourcissement de l’espérance de vie humaine, ou si elle a des raisons de penser que l’espérance de vie est actuellement optimale.

 Le sociologue envisageant un durcissement de la discipline avec réticence, s’il souhaite être certain qu’il ne s’agit pas d’un biais de statu quo, peut se demander s’il préférerait une disparition des grandeurs quantitatives, ou une moins grande rigueur dans les définitions, ou encore s’il a des raisons de croire que la configuration actuelle de la discipline est optimale.


[1] Nick Bostrom, Toby Ord (2006). « The reversal test: eliminating status quo bias in applied ethics ». Ethics (University of Chicago Press) 116 (4): 656-679.

,

Archeologue4e2 |
Météo Thiéfosse |
Exposition Internationale d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | - Voyage Omega -
| Phénomènes lumineux dans le...
| Linkup - Promotion 85 A